statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24 février 2009

Les queues de cerises

Vous me direz que ce sont des queues de cerises, et vous aurez raison.

            Mais tout de même, depuis le 6 mai 2007, date de son élection, le Chef de l’Etat perçoit 4000 euros de bonus sur l’indemnité que lui doit la République. En conservant le surcroît de ses émoluments de Ministre de l’intérieur 9 mois après sa démission,  il a peu ou prou gratté 28 000 euros*.

 Ceci, en attendant à compter du 1er janvier 2009,  le versement de sa dotation mensuelle revalorisée de 206%, soit pour aller vite, près de 20 000 euros. Net.

            J’ai compté que « la gratte » équivalait 140 fois les 200 euros qu’il a promis aux salariés les plus faibles de la Guadeloupe. Des queues de cerises donc car ils sont des milliers à y prétendre.

            Mais ce qui est contestable, c’est d’abord la manière, « la gratte » digne des cuisinières mal payées par la bourgeoisie du XIXe siècle, contraintes à procéder par elles mêmes à quelques ajustements.

            Ensuite, c’est indigne du premier personnage de l’Etat. Car, si toujours bonne fille, la République laisse aux ministres privés de leur poste 6 mois d’indemnisation de plus après l’arrêt de leur fonction, histoire de leur permettre de trouver sans se précipiter un nouveau job, rien ne dit qu’il doivent conserver cette libéralité,  soit en cas de reclassement, soit au-delà des 6 mois impartis.

            Eh bien, le Président de la République se permet d’enfreindre deux fois la règle. En cumulant son indemnité de Ministre de l’intérieur (je refuse de parler de salaire, la politique n’étant pas un métier)  avec ses nouvelles fonctions à compter du 6 mai 2007, et en continuant à l’encaisser, une fois la période légale de 6 mois écoulée.

            Tout cela au nom de la « transparence » (financière, les guadeloupéens sauront apprécier), de la « simplification » (du « millefeuille » de l’administration territoriale, la majorité des régions, des départements, des grandes villes de gauche que Mr Balladur essaye au nom de l’intérêt supérieur de l’UMP de faire disparaître – Voir « Militantes du Sud », 28 janvier 2009), et de « l’égalité femmes –hommes », en sucrant aux femmes le « congé parental »… histoire de faire à coup de 550 euros par mois par tête de pipe, de sérieuses économies (Voir, « Le gachis », 15 février 2009).

            Car même les cerises, pour avoir les queues, il faut bien les acheter. Ou les chaparder sur l’arbre quand vient le mois de mai.

 

*Voir « Le Canard Enchaîné »

           

 

16:46 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.