statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23 février 2009

Baisers

Dans sa déclaration (voir ci-après, « Le Sénat fait barrage à l’égalité entre les femmes et les hommes »), l’Observatoire de la parité, Service du Premier Ministre à Paris, a rappelé aux sénateurs que l’égalité entre  les femmes et les hommes était un principe constitutionnel. Et qu’il revenait au Parlement de se doter des moyens adéquats pour faire entrer dans les faits cette égalité.

De mon côté, j’observe que si la nuit du 4 août  a aboli le droit d'aînesse, les privilèges et les ordres, le premier pays à introduire le principe des droits de l'homme a été néanmoins parmi les derniers à le mettre en oeuvre pour la seconde moitié de l'humanité.

            Concernant le droit des femmes à voter et à se faire élire, soulignons que c'est une majorité de sénateurs, hostile, qui a refusé à plusieurs reprises de mettre à l'ordre du jour (ou a rejeté) un projet de loi adopté à l'Assemblée nationale, deux fois entre 1918 et 1919, deux fois en 1922, une fois en 1935 et deux fois en 1936. Et c'est finalement de guerre lasse qu'une Ordonnance du général de Gaulle -le droit des vote des femmes était inscrit dans le programme du Conseil national de la Résistance- a mis fin à 30 ans d'une comédie parlementaire parfaitement illustrée par le Sénateur Bérard, rapporteur du projet de loi sur l'émancipation féminine en 1919 : "Plus que pour manier le bulletin de vote, les mains des femmes sont faites pour être baisées, baisées dévotement quand ce sont celles des mères, amoureusement quand ce sont celles des femmes et des fiancées...".

           

10:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.