statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19 février 2009

A la bonne vôtre !

S’il a bien une chose qui m’exaspère, c’est ce « terrorisme sanitaire » que le Professeur Michel Debré, médecin et député de Paris nous demande aujourd’hui de fermement refuser. Ouf !

Parce qu’entre les « 5 fruits et légumes » (frais et différents) que vous devez absorber tous les jours, la viande rouge et les charcuteries que vous êtes priés de bannir de votre table, les petites purées à popoter dans votre cuisine pour vos bébés – pratique, lorsque vous travaillez toute la journée-, les cochonneries chocolatées, bien grasses et bien sucrées pour lesquelles on vient vous relancer jusque dans votre salle de cinéma sous-titre en prime, « mangez !» - cela conforte les grands groupes agro-alimentaires-  et « bougez ! », traduire, faite au moins 5 heures de sport par semaine – si vous nagez par exemple, avec le trajet, le déshabillage, la douche, le rhabillage, cela vous occupe au bas mot 4 heures de plus-, soit vous êtes rentier, sinon le Président de la République va vous disputer car vous enfreindrez  la consigne (travailler plus et faire montre du goût de l’effort) -  soit vous serez, le soir tellement crevés que vous vous coucherez sans dîner. Au risque de vous entendre seriner, que c’est pas bon pour la santé.

            Finalement, ce serait le député –maire de Narbonne Jacques Bascou qui tiendrait le dénouement, « Dans l’instant où tout nouveau-né est un condamné à mort en puissance, on peut tout extrapoler… », s’il ne s’agissait aujourd’hui d’autre chose que de nous priver de notre verre quotidien.

            Si j’ai retenu de mon enfance viticole, le « complot anti-vin » des années 50, Philippe Vergnes le président du Syndicat régional des vignerons ne l’a pas oublié non plus : « Une fois de plus, on nous tire dessus, y’en a assez ! A ceux qui sortent ces études – l’Institut national du cancer a conclu qu’un verre de vin augmentait les risques de cancer-, je conseille de réviser leurs classiques : qu’ils s’en réfèrent à Pasteur ».

            Et si ce n’était pas le vin mais bien les vignerons du Midi, des "reboussiers" et des râleurs,  votant à gauche de surcroît, qui étaient dans le collimateur ? Ceux de ma famille le pensaient déjà. Alors, à la bonne vôtre ?

12:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Chère Geneviève, et j'ose l'écrire chère amie,

1. tous les viticulteurs ne sont pas de gauche.
2. tous les gens de droite ne sont pas fans de debré.
3. je suis , bien que membre de l'UMP, totalement solidaire des viticulteurs dans ce combat qui au delà des clivages politiques reflète plusieurs problèmes:

quand comprendra t on que les viticuleurs sont aussi des employeurs et qu'en entravant leur métier on freine l'emploi?
Quand comprendra t on qu'il faut tenir compte de la dimension culturelle du vin en France et particulièrement dans le sud( imagine t on les irlandais interdire la guiness?)?
Quand prendons nous le taureau par les cornes en demandons OFFICIELLEMENT l'abolition de la loi Evin ( ministre de gauche si je me souviens bien) qui a ouvert la voie aux absurdités de ces derniers mois?

au delà c'est tout le problème de l'état ultra préventif qui se pose.

Bien à toi,

David MENDEL ( et oseras tu le publier chère amie, ancien candidat UMP aux cantonnales sur le canton de Gignac)

PS: les viticulteurs n'ont pas tous voté pour moi, c'est le moins qu'on puisse dire, mais j'admire leur abnégation et leur volonté de faire vivre une terre qu'ils ont de plus en plus de mal à transmettre à leurs enfants.

Écrit par : david mendel | 20 février 2009

David Mendel ---> idiot, va! tu connais rien au monde des viticulteurs. Je vais être censuré mais je m'en tape!

Écrit par : Jojo | 25 octobre 2009

merci beaucoup .. c'est l'article est très bon.

Écrit par : Oyun | 11 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.