statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21 décembre 2008

Les héritier(e)s

Mme de Panafieu semble découvrir les bienfaits de la parité. Force est de constater en effet que Françoise de Panafieu, députée de Paris, est « une héritère » : fille de ministre, sa mère Hélène Missofle  a été elle-même  parlementaire à Paris  jusqu’en 1995.

 Alors,  jusqu’à présent, Mme de Panfafieu n’avait pas eu trop à se soucier du « retard de l’UMP en matière de parité », seules trois femmes siègent parmi les onze postes que l’UMP détient à l’Assemblée nationale, alors que la gauche a désigné quatre femmes sur ses neufs représentants.

Oui mais voilà, la révision constitutionnelle prévoit la création de deux nouvelles commissions et Mme de Panafieu souhaite se porter candidate à la présidence de la commission des affaires culturelles. Rien de plus normal, si ce n’est que de l’autre côté de l’Atlantique, une autre « héritière » expose ses ambitions : Caroline Kennedy vise le poste de sénatrice  de l’Etat de New York laissé vacant par une autre femme, Hillary Clinton, appelée par Barak Obama au poste de secrétaire d’Etat.

Rien de plus normal encore. Sauf que la candidature de Caroline Kennedy, seul enfant survivant du président américain assassiné John F. Kennedy,  est accueillie avec scepticisme par certains commentateurs et membres du Congrès qui lui reprochent « son manque d’expérience politique », et « ne pas connaître ses qualifications ».

            Jusqu’au renouvellement marqué par le Parti socialiste de François Mitterrand, la tradition de l’ancien parti, la SFIO voulait qu’un aspirant aux responsabilités publiques soit patient en prenant la peine de gravir lentement tous les échelons du mérite républicain : conseiller municipal à 30 ans, maire à 40, conseiller général à 50 et enfin député ou sénateur à 60. Les « héritiers » survivants de cette tradition – un sénateur et un député dans l’Hérault – sont-ils pour autant plus qualifiés, plus méritants  que la maire de Montpellier dont on doute media voce, « des capacités de penser, de décider, de réfléchir, de faire… » ? (Voir « Le zéro respect », 11 décembre 2008 ).

 

 

           

15:08 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.