statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10 décembre 2008

La loi « PLM »

Dans une chronique parue le 6 décembre dans Le Monde, le journaliste Patrick Jarreau s’interroge : « Pourra-t-on se passer des élections cantonales ? ». Et, ce faisant, il apporte un éclairage intéressant  sur la réforme des collectivités territoriales en cours au sein du Comité Balladur (Voir « Le compte », 29 novembre 2008 ; « Michèle André élue… », 3 décembre 2008)

            Une loi suffisant pour définir les compétences, l’organisation et le mode d’élection des collectivités locales, il serait possible de réformer les régions (et les communautés de communes) en s’inspirant de la loi « PLM » qui régi le fonctionnement et l’élection des conseils municipaux et des conseils d’arrondissement ou de secteur à Paris, Lyon et Marseille. Les électeurs voteraient dans chaque département, pour des listes de candidats dont les premiers seraient conseillers régionaux et généraux, les suivants n’étant que conseillers généraux. Le département subsisterait comme circonscription électorale. Ce qui s’effacerait totalement, c’est le canton, puisque les conseillers généraux seraient élus au scrutin de liste dans le cadre départemental.

            Il suffit donc d’introduire dans la loi le principe de la parité alternée pour rattraper d’un seul coup l’important retard de la représentation des femmes dans les assemblées départementales. Femmes dans les Conseils généraux de la région Languedoc.doc

            Ce qui pour le Languedoc-Roussillon, (67 conseillers régionaux et 186 conseillers généraux, soit au total 253 conseillers), reviendrait à tripler le nombre total de conseillères en élisant environ 125 femmes contre 40 aujourd’hui (30 élues à la Région et 10 élues dans les 5 conseils généraux du LR) et à multiplier par 8  la proportion de femmes dans les conseils généraux.

           

15:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.