statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29 novembre 2008

Le compte

L’une des hypothèses avancées par le Comité Balladur (13 membres dont une seule femme) sur la réforme des collectivités territoriales est la fusion des régions et des départements  dans une seule collectivité. Les conseils régionaux seraient dès lors composés de conseillers généraux élus au scrutin uninominal  dans leurs cantons qui deviendraient une circonscription électorale de la région. Le mode de scrutin uninominal ferait reculer la parité dans les Assemblées régionales, puisque leurs membres ne seraient plus élus sur des scrutins de liste à parité alternée (homme-femme ou femme-homme) très favorables à l’élection de nombreuses femmes.  

Traduction faite en Languedoc-Roussillon : la proportion de conseillères régionales reculerait de 45%  à 7% ; les départements de l’Hérault et du Gard dénombrant – à l’instar de 13 départements métropolitains- actuellement moins de 5% de conseillères générales ; pour mémoire 3 (dont l’Ariège et le Tarn et Garonne voisins) n’en ayant élu aucune.

J’étais, en sortant lundi d’une réunion de l’Observatoire de la parité, service du Premier ministre à Paris où j’avais été es qualité conviée à plancher sur le sujet, assez inquiète sur ce qui se préparait au Comité Balladur, semble-t-il dans le secret.

Quand, sans connaître mon souci, mardi, au cours de la signature de la Charte européenne pour l’Egalité homme femme, Georges Frêche a déballé ses projets : « Il y a 10 conseillers généraux à Montpellier. Il faut que la prochaine fois, il y ait 5 femmes. Elles seront candidates dans les cantons où le sortant(e) socialiste ne se représentera pas, soit parce qu’il ne le souhaitera pas, soit parce qu’il aura fait plus de 3 mandats …, 18 ans c’est beaucoup ! ». Sauf, a-t-il ajouté,  pour Mr Vézinhet, parce qu’il est le président et que c’est, a-t-il précisé, son ami.

Simple boutade certainement, d’un élu d’importance devant un aréopage très largement féminin. Mais tout de même, l’homme est sensibilisé.

Le problème, c’est que le compte n’y sera toujours pas.

 

 

 

19:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.