statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16 novembre 2008

En revenant de …Reims. Pour rien ?

Si l’on a évité ce que les « pratiquants » appellent le non congrès - celui où l’on se met artificiellement ensemble pour gommer les arêtes, afficher « la synthèse » (l’accord sur un texte d’orientation politique unique) vague et imprécise pour permettre  à chacun de la violer -, à Reims, et c’est nouveau,  le Congrès, impuissant s’est défaussé sur les militants. Les délégués, privés de vote sur la ligne politique et la stratégie –le job du Congrès-, parce qu’il n’y en avait pas, se sont prononcés (ils ont « actés ») le résultat des votes sur les motions … et les non conclusions de la Commission des résolutions… puisque de fait, en une nuit, elle s’est résolue à ne rien conclure.

            Le PS marche désormais la tête à l’envers.

            Au lieu de déduire  en toute logique le choix du Premier secrétaire de la Résolution finale –elle fixe pour trois ans la ligne à conduire, - les militants devront élire jeudi celui où celle qui sera leur patron. A charge pour elle ou pour lui de trouver après  une majorité politique pour gouverner. Sur une ligne.

            Difficile, mais pas impossible. Dans ce cas, on ne serait pas allé à Reims pour rien.

19:38 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Le congrès de Reims, c'est évident, dévoile que c'est le P.S. qui a fait échouer Mme Ségolène Royal de la Présidence de la République.
Le Monde titre, "Delanoé, Grand vaincu de Reims".
Le grand vaincu, c'est le Parti, ses militants, ses proches, ses sympathisants, ceux qui en ont besoin.
Mais bon, de quoi tu t'occupe, toi le belge ....

Écrit par : Dany Masson | 17 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.