statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24 octobre 2008

Au palmarès de la parité

            Au palmarès de la représentation des femmes à l’Assemblée nationale, Mr Jean-Pierre Grand, député maire de Castelnau-le-Lez, mérite-t-il le premier prix ?

            Par quatre amendements au projet de loi relatif à l’élection des députés, Mr Grand propose d’obliger les partis à réserver les circonscriptions nouvellement créées à  des femmes,  l’absence d’élus sortants « rendant incontournable cette nouvelle disposition en faveur de la parité ».

            Si Mr Marleix –le ministre chargé du redécoupage électoral – confirme ses hypothèses, l’Hérault, -le département coiffe aujourd’hui le zéro pointé pour la parité (zéro femmes sur 7 députés)- , pourrait célébrer demain l’entrée de deux femmes à l’Assemblé.  Sur le papier.

La  loi non contraignante, mais simplement incitative (les partis qui ne présentent pas 50% de candidates sont pénalisés) est facile à contourner.  Si le projet, louable,  de Mr Grand est d’alourdir les amendes pour les circonscriptions nouvellement créées, rien ne garanti pour autant l’investiture de candidates là où s’offrent de véritables chances d’être effectivement élues.  

Alors, en attendant la proportionnelle que le Président de la République nous avait promis, la seule solution est de compter sur la volonté politique des partis.

Ce n’est pas une mince affaire.

Mais c’est possible. Mr Grand en sait quelque chose. En 1997, -donc avant la loi -, le coup de pouce de Jospin pour la parité a fait élire à Montpellier une femme députée. Dans la 3e circonscription, la sienne !

Il mérite donc ce prix au palmarès de la parité.

Sauf s’il s’agissait de réduire au silence les trilles de la Grande-Motte ?

 

NB : j’ai demandé à Mr Grand de m’envoyer la forme électronique de la lettre qu’il m’a adressée en ma qualité de présidente de l’Assemblée des femmes, Observatoire de la parité du Languedoc-Roussillon. Je vous en communiquerai, dès réception, une copie sur ce blog.

 

           

             

           

 

12:38 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Parlons de 1997, la gauche, avec 57 socialistes et 23 communistes sortants sur 577 circonscriptions, n'a pas eu de mal à réserver des candidatures pour des femmes !

C'est l'éternel problème du nombre de sortants hommes qui souhaitent se representer qui fait que le groupe majoritaire sortant a toujours des difficultés avec la parité !

Concernant le caractère non contraingnant et la seule sanction financière a posteriori pour non respect, il n'existe pas d'autres solution. Dans l'extrême, il faudrait après les dépôts de candidatures rejeter toutes celles d'un parti si elle ne respecte pas la loi ! Ce n'est pas une solution car elle serait facilement contournable, il suffît au candidat de ne pas déclarer se rattacher à tel parti !!!

Il paraît intéressant de profiter de la création de nouveaux sièges pour améliorer la parité !

Écrit par : eric | 26 octobre 2008

"n'a pas eu de mal à réserver des candidatures pour des femmes !"
On dirait que l'Histoire se réécrit déjà, seulement 12 ans plus tard ! L'objectif était alors d'un tiers de circonscriptions à réserver à des candidates - non à des élues !
Et il y a eu des parachutages, et des refus, et des blocages (toujours venant des mêmes grands prédateurs). Le résultat n'a pas atteint 30 %. Cela a été une heureuse initiative de Jospin, 2 ans à l'avance, pour que ces femmes se fassent connaître avant les législatives .de1978: +la dissolution de Chirac a pris tout le monde de court, sauf el PS. Et ces candidates "inconnues" ont été souvent élues

Mais sans cette initiative, en 2002 on repartait de zéro : même en appliquant le principe de garder les mêmes circonscriptions réservées, cela a été saignant.

"Rien est acquis à l"a femme...
Courage, dans l'Hérault !

Écrit par : fanchon | 27 octobre 2008

A cet égard, et pour plus ample informé, rappelons l'excellent ouvrage de Philippe Bataille et Françoise Gaspard, "Comment les femmes font de la politique et pourquoi les hommes résistent", paru aux éditions de La Découverte, en août 1999.
L'ambition des auteurs, universitaires et pour Françoise Gaspard, aussi ancienne élue, est, " à partir d'une étude empirique, de montrer les difficultés auxquelles se sont heurtées et se heurtent toujours les femmes pour accéder à la représentation politique".
Près de 10 ans plus tard, cet ouvrage est toujours d'actualité.

Écrit par : genevieve tapie | 27 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.