statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16 octobre 2008

Publication

En 1997, en Suède, deux chercheuses de l’Université de Göteborg ont démontré que pour obtenir un poste de professeur, les femmes devaient avoir publié trois articles de plus que les hommes et par conséquent être deux fois et demi plus productives qu’eux pour être considérées comme aussi compétentes.

            La même année,  le Premier secrétaire du Parti socialiste de l’époque, Lionel Jospin, permettait le doublement (de 5 à 10%) de la représentation des femmes à l’Assemblée nationale, 30% des circonscriptions leur ayant été réservées.

            Après avoir fait scandale, leur étude ayant fait l’effet d’une bombe, l’une des deux universitaires suédoises, Agnès Wold, est devenue professeure en février 2008.

            Devenu à son tour Premier ministre, Lionel Jospin a fait voter en juin 2000 une loi sur « l’égal accès des hommes et des femmes aux mandats et aux fonctions » ; en mars 2007, 18% de femmes sont entrées au Palais Bourbon.

            Deux réflexions qui occupaient hier soir  mon esprit à la réunion de présentation des motions en compétition au Congrès de Reims.

Car, si autour de la table il y avait du bien beau monde – des secrétaires nationaux, des parlementaires, des maire et élu de grande ville venus exprès de Paris - , les femmes, elles, (pas désignées pour venir causer ?), on ne les a pas entendues.

N’ont-elles pas assez publié ?

09:54 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Puisque vous mentionnez justement que c'est Lionel Jospin qui est à l'origine de la loi sur la parité, trouvez vous normal que quelques militants aient sifflé son nom lors de cette fameuse réunion. Est ce seulement parce qu'il soutient la motion de de Bertrand Delanoë ?
J'y étais et cela m'a choqué.
J'étais aussi au congrès à Versailles, le jour où notre ancien premier ministre a fait modifié la constitution. Un grand moment de vie politique et démocratique.
J'aimerais que de temps en temps, vous puissiez le rappeler.

Cordialement.

Écrit par : renaud | 18 octobre 2008

Sauf erreur de ma part, mais je ne suis pas endormie et je ne crois pas avoir de problème d'audition, je n'ai rien entendu de ces sifflets dont vous parlez. Juste quelques mouvements d'humeur lorsque Pierre Moscovici a évoqué le respect des régles du parti et notamment celui du vote des militants.
Quant à Lionel Jospin, c'est depuis très longtemps un ami personnel que je revois toujours avec plaisir. Alors, halte au feu, plutôt que d'essayer d'ouvrir une polémique, revenez en arrière sur mon blog, vous y trouverez, s'agissant de la parité, et du rôle de Jospin (avec qui j'ai travaillé en son temps sur cette question) de quoi vous calmer.

Écrit par : genevieve tapie | 18 octobre 2008

Geneviève, je regrette, mais il y a bien quelques militants qui ont sifflé le nom de Lionel Jospin et de michel Rocard.
Et c'est regrettable.
Mon post n'est ni polémique, ni agressif, je n'ai donc pas à me calmer.
Je pense aussi que le premier respect des militants c'est d'abord de considérer qu'ils ne sont pas que des machines à investir....
On pourra en discuter un jour, sans polémique bien sûr.

Écrit par : renaud | 18 octobre 2008

Navrée, je n'ai pas entendu de sifflets.
Mais si vous le dites...

Écrit par : genevieve tapie | 18 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.