statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06 octobre 2008

Possible

Quand j’écris sur mon blog le nom de Georges Frêche, je prends en moi-même les paris du nombre de commentaires haineux que je vais recevoir. Comme si, tant dans la bonne société politique, qu’au cœur du Parti socialiste, seul, « l’antifrêchisme » était politiquement correct.

Plus intéressant encore à commenter est cette aversion de l’homme, maladive,  « clinique », que l’on rencontre la plupart du temps, chez des sujets qui, disons, pour aller vite, sont bien loin d’avoir réussi leur vie.

Si bien que dans les années 80, - je tiens l’anecdote du président de l’époque- une jeune militante montpelliéraine qui avait pris pour habitude de déférer régulièrement le maire de Montpellier d’alors devant la Commission des conflits du PS de l’Hérault, s’est vue affublée d’un blâme par des membres excédés de devoir se déplacer tous les samedis en mairie de Sète, afin d’examiner des saisines dont les motifs  relevaient d’autre chose que d’un fondement politique sérieux.

Mais au fond, ceci n’explique-t-il pas cela ?

Quand –et je le redis encore une fois- la justice républicaine a blanchit Georges Frêche des faits de racisme qui lui étaient reprochés, le Parti socialiste aurait du aussitôt annuler la sanction d’exclusion qu’il avait prise contre lui pour les mêmes raisons.

C’est à n’y rien comprendre.

Sauf si, « l’antifrêchisme clinique » fait désormais place à un « l’antifrêchisme tactique » qui, telle une traînée de poudre… se propagerait,  de Sète ou d’ailleurs,  jusqu’à Paris. Possible.

 

 NB : mon blog est modéré et je ne prends personne au dépourvu, chacun peut en prendre connaissance avant de déposer son commentaire. Concernant la publication des commentaires, je me suis fixée 2 règles que j’ai déjà énoncées : rien de blessant, d’haineux, d’injurieux, d’infâmant ou de diffamatoire ; je suis responsable, non seulement de ce que j’écris, mais de ce que les autres aussi peuvent faire paraître sur mon blog. La deuxième règle m’a été dictée par un ami journaliste : ne publier que les commentaires dont les adresses mails peuvent être validées. Et là, à bon entendeur, salut !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12:37 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Tu as tout a fait raison !!!
c'est un truc qu'on apprend aussi dans les écoles de journalisme.
Si tu cites les propos de quelqu'un dans un article, qu'ils soient racistes, diffamatoires, etc... c'est toi qui a des soucis parce que c'est toi qui écris le papier. et c'est la meme chose sur Internet, si les commentaires posent problème, c'est toi qui peux prendre... faut vraiment faire attention avec ça !

Écrit par : Ju | 07 octobre 2008

Ravi de t'avoir lue ..récemment ..et ravi de ton punch !!

Écrit par : geneste | 15 octobre 2008

Les commentaires sont fermés.