statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22 septembre 2008

Ah, bon ?

Sauf dans l’Hérault où l’on en attendait deux plutôt qu’une – mais c’est une autre histoire -, la loi sur la parité  a favorisé hier l’élection de 15 nouvelles sénatrices, elles sont désormais 75 au lieu de 60 et représentent 22% du Sénat. La Haute Assemblée dépasse désormais l’Assemblée nationale pour la représentation des femmes.

            C’est le résultat positif du scrutin de liste à la proportionnelle à parité alterné, sauf dans les départements où, pour « éviter les femmes », quelques sortants non réinvestis pour figurer à la première place par leurs formations politiques ont monté des listes dissidentes pour être sûr d’arriver en tête. Elémentaire ; suivez mon regard.

            Mais ce matin, ce qui est remarquable c’est que la loi – qui ne s’applique qu’aux départements élisant 4 sénateurs et plus – a eu pour la première fois en France, un effet d’entraînement sur les autres (soumis au scrutin majoritaire). C’est à souligner dans le Gard – une sénatrice (Françoise Laurent Perrigot) et deux sénateurs- et mieux encore dans l’Aveyron qui réussit –à gauche toute- la parité : un élu (Alain Fauconnier, maire de St Affrique et une élue (Anne-Marie Escoffier).

            Ce qui prouve que quant on veut, on peut  et qui me laisse à penser que dans l’Hérault, toujours à gauche toute, on ne voulait pas.

            Je m’explique.

            Au Parti socialiste, les militants –c’est la démocratie du Parti- ont préféré à la première place Navarro à Tropéano … qui, par la  dissidence a non seulement volé au Parti socialiste sa sénatrice, mais a été incapable de faire élire la sienne sur sa liste.

            Bref, je  les entends d’ici tempêter sur « Tapié » qui « nous em… » avec « sa » parité.

            De toutes façons, au Conseil général, c’est déjà fait, ils me tiennent fâché. D’ailleurs, hier, sur le parvis du Palais de justice, le président,  il me l’a dit. Et parce que je « disais des saloperies sur lui ».  Vous trouvez ? Non ? Il était simplement énervé ? Ah bon ?

           

           

12:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.