statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09 septembre 2008

Stratégie

            François Bayrou en appelle au PS pour contrer la politique de Nicolas Sarkozy.

            La première idée qui me vient, est que si Bayrou  avait répondu l’année dernière à la main tendue de  Ségolène Royal entre les deux tours de la présidentielle, il est probable que la Droite ne se serait pas installée à l’Elysée.

            Alors, pourquoi ce qui était inacceptable hier le serait justement aujourd’hui ? Pourquoi ce qui a marché à certains endroits pour les municipales n’a pas fonctionnée pour la conquête du pouvoir d’Etat ? En quelque sorte, les « accords » entre le Centre et les socialistes seraient juste bons pour le niveau local (comme pour la parité en politique, femmes nombreuses dans les Conseils municipaux, beaucoup plus rares au Parlement).

            A moins que l’agenda politique du Parti socialiste - dont le Congrès se tient à Reims dans deux mois-, ait quelque chose à voir avec  ce brusque changement de cap ?

            La stratégie d’Union de la gauche proposée par François Mitterrand a mis,- de la rupture des années 1978 au départ des ministres communistes du gouvernement des années 80-, en évidence les difficultés de l’alliance avec le PCF.

            Malgré cela, nous avons gagné, en 1981, en 1988, en 1997. Parce que les socialistes ont su, au-delà d’un  appareil communiste qu’ils avaient affaibli, s’adresser justement à ses électeurs.

            Il faut,s'agissant du Modem, adopter la même stratégie. Mandroux à Montpellier et Bascou à Narbonne ont montré qu’elle était payante  

           

11:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

"La première idée qui me vient, est que si Bayrou avait répondu l’année dernière à la main tendue de Ségolène Royal entre les deux tours de la présidentielle, il est probable que la Droite ne se serait pas installée à l’Elysée."

le vote en faveur de bayrou n'était certainement pas un vote d'adhésion mais bien un vote de rejet, de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal. Ce que Bayrou n'a pas compris c'est qu'il n'avait et n'a aucun contrôle sur ces électeurs.

Écrit par : UMP | 12 septembre 2008

Les commentaires sont fermés.