statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21 août 2008

Françoise

La presse nous apprends ces jours-ci la disparition de Françoise de Veyrinas. A 64 ans, donc bien trop jeune encore pour mourir. A l’alternance politique de 1986- quand le PS de François Mitterrand a perdu sa majorité parlementaire-, elle fut nommée Déléguée régionale aux Droits des femmes en Midi-Pyrénées … en remplacement de sa collègue socialiste… à l’époque comme moi, limogée par le nouveau pouvoir RPR, l’ancêtre de l’UMP.

            Ce fut pour Françoise le point de départ d’une carrière politique à Droite, que, dans un avis  initié par des organismes oeuvrant dans le secteur de l’habitat, le Monde d’aujourd’hui résume bien : « ancieN ministre » (ce fut l’une de ces anciennes jupettes virée à la première occasion par Juppé), « ancieN adjoinT » au maire de Toulouse , « vice-présidenT » de la Fédération nationale des Offices publics d’Habitat ; bref, si j’en crois les annonceurs qui prennent part à la tristesse de son décès, rien que des responsabilités d’hommes ! La preuve ? C’est écrit au masculin, comme si on voulait à tous prix contester à Françoise une quelconque féminité.

            Qu’est ce que vous voulez, moi, ce masculin à outrance, cela me choque. Et ce n’est pas la peine de s’appesantir avec les sociologues sur ce fameux « plafond de verre », -ces obstacles invisibles mais infranchissables auxquels se heurtent les femmes pour accéder, en politique et ailleurs, aux échelons supérieurs - , si non ne commence pas par La ministre où La maire lorqu’Elles le sont !

            Vous connaissez mon amitié pour Hélène Mandroux, mais quand les journaux la désignent comme Le maire de Montpellier, j’ai besoin d’un millième de seconde pour réaliser qu’elle est bien toujours là, à son poste.

            Sur ce, la preuve encore que la parité – je veux dire la Loi qui stipule l’obligation d’égale représentation dans les assemblées politiques élues -, ne suffit pas.

            Tenez, prenez les élections sénatoriales dans l’Hérault. Le scrutin de liste à parité alternée (2 hommes et 2 femmes) ne garantit en rien l’élection de la première sénatrice de ce département. Sauf à gauche, par exemple, si les grands électeurs évitent de disperser leurs voix sur des listes dont la légitimité reste à commenter. Soit parce  que, par la faiblesse des organisations politiques qui les présentent, elles n’ont aucune chance, soit encore parce qu’elles ne sont constituées que pour servir la reconduction d’Un sortant.

            J’en appelle aux Délégués et Déléguées sénatoriaux qui tiennent dans leurs mains les clefs de ce scrutin et leur demande d’y réfléchir. Au risque de voir encore la parité bafouée !

 

16:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

tout à fait d'accord avec vous. Sur la plupart de ces listes, les femmes ne servent qu'à remplir les obligatins de la loi. Et ce d'autant plus que les grands électeurs de l'herault sont très mal informés par midi Libre sur la façon dont s'effectue ce scrutin, c'est à dire à UN SEUL TOUR A LA PROPORTIONNELLE et non à 2 tours!

Écrit par : aline | 22 août 2008

Erreur, au train ou vont les choses, il y aura une sénatrice. Elle risque cependant de figurer sur la liste UMP...

Écrit par : Olivier34 | 22 août 2008

Les commentaires sont fermés.