statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17 juillet 2008

Une autre histoire

Une fois de plus, c’est Hélène Mandroux, la maire de Montpellier qui sauve l’honneur perdu de la parité dans l’Hérault.

            Les élections à la Commission départementale de coopération intercommunale de 2008, un des nombreux organismes de concertation mis en place par le préfet après chaque élection municipale, comporte 35 membres, dont 2 femmes, soit 5,71%, désignés selon un alchimie compliquée de collèges constitués entre autres par la taille des communes.

            Le paradoxe, c’est que le « Collège des communes les moins peuplées » a élu une liste de 10 membres présentée par l’Association des maires de l’Hérault … qui ne doit pas savoir qu’il y a une quarantaine de femmes maires dans le département (soit un peu plus de 10% des effectifs globaux), et que les 3/4 d’entre elles président justement aux destinées des « communes les moins peuplées ».

            Et le hiatus, c’est que c’est le « Collège des communes les plus peuplées » (Montpellier, Béziers, Séte, Lunel, Frontigan), le moins féminisé, qui désigne les deux seules femmes membres de cette commission. Sa présidente, Hélène Mandroux, aurait-elle eu de légitimes exigences ?

            Ce qui m’étonne quand même, c’est que le préfet ait entériné le tout sans même se poser de questions. Car, si la parité n’est pas obligatoire par la loi dans ce type de commission, la Constitution stipule  qu’il appartient aux partis politiques de veiller à l’égale représentation des hommes et des femmes, dans les mandats et les fonctions.

            Alors, moi je crois que le représentant de l’Etat aurait pu faire un effort. Et ne me dites pas qu’en l’occurrence les listes n’étaient pas proposées par les partis. Parce qu’à y regarder de plus près, l’essentiel de leurs têtes  appartenaient soit  au Parti socialiste (Mr Mesquida, pour les « communes les moins peuplées » ; Mr Gaudy pour « les autres communes » ; Mr Rigaud « pour le collège des EPCIs », soit à l’UMP, Mr Couderc).

             Etrange paradoxe encore, si l’on sait,  qu’au hit parade des communes les mieux administrées, c’est le village de Fraïsse sur Agoult, géré par une femme qui emporte sa « quatrième fleur ». Non seulement parce que Marguerite Mathieu, sa maire les aime tant qu’elle en fait planter partout, mais parce que sa commune est réputée comme un modèle. Pour le respect de l’environnement, du développement durable, et le reste.

            Le problème c’est que peut-être, n’a-t-elle pas encore adhéré à l’Association des maires. Une condition pour être choisie ?  Et ça, c’est une autre histoire !   

http://www.herault.pref.gouv.fr/actualites/election_sdci.shtm

10:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.