statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28 avril 2008

Oublis

L’heure s’y prête. André Vézinhet, le président du conseil général de l’Hérault, devrait profiter de la révision de la Déclaration de principes et des statuts du Parti socialiste en cours,  pour revoir ces textes fondateurs. Et mieux s’imprégner de leurs esprits.

S’il est « prêt à lancer une liste alternative » aux élections sénatoriales, au motif « qu’il y a des attitudes qui ne peuvent être tolérées», (Midi-Libre du 28 avril 2008),  alors,  il risque d’en faire les frais. Car ce ne sera pas « d’alternative » qu’il s’agira, mais bel et bien de dissidence, vous connaissez, dans ce cas la chanson, c’est, comme dans le Puy de Dôme (voir « Les bretelles – 18 avril 2008),  l’exclusion.

 Car Frêche ou non, - le PS l'a désigné pour conduire la liste des élections sénatoriales dans l'Hérault en septembre 2008 - , n’est pas la question.

La question est l’autorité de la chose décidée par le Parti, par la Fédération socialiste dont le patron n’est pas le président du conseil général, mais le Premier secrétaire, élu au suffrage universel des militants. Et en toute logique. En toute démocratie.

Je regrette que le militant que fût Vézinhet, dont l’action exemplaire et le Parti l’ont porté où il est, l’ait oublié.

10:55 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4)

24 avril 2008

Plus vite que la musique

« J’ai proposé et obtenu l’ajout d’un article (14) consacré à l’identité féministe du Parti socialiste dans la Déclaration de principe », m’écrit aujourd’hui la Secrétaire nationale aux droits des femmes et à l’égalité du PS.

            Plus vite que la musique donc, la direction nationale a pris acte de l’amendement proposé à la Fédération de l’Hérault le 22 avril sur ce blog (Voir De principes). Ce qui renforce encore ma conviction car je ne crois pas aux miracles : les droits des femmes avancent d’autant plus vite que des personnalités politiques de premier plan s’en saisissent. Et Robert Navarro vient de montrer qu’il avait compris.

 

Déclarat°Principes-BN-220408.pdf

09:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

23 avril 2008

« Femmes battues »

« A l’automne 1978, le Collectif « SOS-femmes », constitué l’année précédente pour répondre aux violences intra-familiales, réussit à obtenir de la municipalité de Montpellier des locaux et des moyens. Un petit Centre d’hébergement (SOS Femmes Battues), ouvre au 1er janvier 1979, rue Frédéric Bazille afin de recevoir et de protéger temporairement des femmes victimes de violence de la part de leur compagnon. Ces femmes, contraintes de fuir leur foyer sont hébergées avec leurs enfants ». Marie Barthès et Nicole Nourigat racontent dans un livre préfacé par Hélène Mandroux, maire de Montpellier*.

Son récit, comme celui des deux auteures, m’inspirent quelques réflexions. D’abord que les droits des femmes avancent d’autant plus vite qu’ils sont soutenus par des hommes politiques déterminés. Dans le contexte étouffant des années 1970, où les « femmes battues » étaient tournées en dérision, c’est le nouveau maire de Montpellier, Georges Frêche, élu en 1977, qui octroie à l’Association les moyens de ses ambitions. A-t-il senti à ce moment là dans sa ville ce vent de liberté qui soufflait pour les femmes contre une société encore bien verrouillée ?

En tout cas, le Centre d’Hébergement (aujourd’hui devenu « Centre Elisabeth Bouissonnade ») est toujours là. Un  maire socialiste  aussi !

 

* Décider de Vivre. Lutte contre la violence familiale. Marie Barthès et Nicole Nourigat, préface de Hélène Mandroux- Champ Social Editions – Février 2008

17:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7)

22 avril 2008

De principes

« Etre socialiste – dit à l’Art. 1, la nouvelle Déclaration de principes du Parti socialiste que Le Monde a publié hier -, ce n’est pas se satisfaire du monde tel qu’il est ». Il est de plus proclamé à l’Art.2 , « l’égalité est au cœur de notre idéal ».

            J’en déduis donc qu’en principe, être socialiste c’est vouloir l’égalité. Elémentaire.

            Les rédacteurs de la dite Déclaration, une commission ad hoc où toutes les sensibilités étaient représentées, ont cru bon de préciser deux points de principe à l’Art.20 : « Le Parti socialiste est un parti démocratique. Il fait de la parité entre les hommes et les femmes un principe ».  

            J’en conclus par conséquent qu’être socialiste, c’est aussi vouloir l’égalité des hommes et des femmes. Logique.

 Et que donc, être socialiste, c’est être féministe, c'est-à-dire, partisan d’une doctrine qui préconise « l’amélioration et l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société » (définition donnée par le Petit Larousse).  

            Ce n’est pas plus compliqué. Alors, pourquoi ne pas l’écrire clairement ? Car,  toujours selon le Petit Larousse, une déclaration de principes est un texte « qui porte sur l’essentiel mais demande confirmation ». Et, l'expérience soulevant chez moi quelques craintes de ce côté-là, je propose au Premier secrétaire de la Fédération de l’Hérault Robert Navarro de rédiger ensemble un amendement au chapitre égalité. En principe, nous devrions être soutenus.

           

 

10:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

20 avril 2008

Addendum

Les bonnes nouvelles arrivant tous les jours, je me dois, pour être juste envers Mr Couderc le sénateur-maire de Béziers accroché hier sur son « déni de compétence envers les femmes » à l’Agglo de Béziers-Méditérranée, de souligner que Mr Bouldoire, le maire conseiller général de Frontignan n’a pas fait mieux à Thau Agglomération dont il vient d’emporter  la présidence : 8 communes dont la sienne et 7 vice-présidents. Et autrement dit, pas une femme !

            Pierre Bouldoire, pensez, c’est un socialiste, je le connais bien, il m’a beaucoup soutenu pendant ma campagne aux élections législatives, semble faire le contraire de ce qu’il dit.

            C’est bien décevant, pour la parité, la démocratie, le progressisme et le développement. Mais tout le monde ne peut être José Luis Zapatero.

12:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)