statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31 mars 2008

Le « Choix de Sophie »

Je reçois sur mon blog ce matin un commentaire- qu’il m’est difficile de publier sans en être juridiquement responsable- , qu’une jeune femme fait sur le nouveau maire de Nissan-Lez-Ensérune ; j’y suis née. Si j’avais voulu peser dans ce village sur le cours des choses, j’y suis éligible, et donc je m’y serais présentée.  Cela n’était pas mon projet.

            Ceci étant, Sophie- appelons là ainsi -, m’interpelle : « Pensez-vous que l’on puisse encore agir pour notre village et éviter les dérives… » ?

            C’est tout le sens de l’action politique. Et de votre capacité à suivre et évaluer la mise en place du projet pour lequel une majorité d’électeurs ont, sans ambiguïté porté les vainqueurs à la magistrature suprême.

            Et peut-être  de vous interroger sur la manière dont les électrices sont  aujourd'hui représentées. A l’aune de la composition de l’exécutif municipal. Ceci peut-être peut expliquer cela.

11:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

29 mars 2008

"Scrutin de gladiateur" ou archaïsme?

Il y a depuis le 16 mars 2 femmes de plus à la direction des 186 cantons  que comptent les 5 départements du Languedoc-Roussillon. Elles sont 12 au lieu de 10 en 2004, et au palmarès régional, l’Aude caracole en tête (11, 42% de conseillères générales), suivi des Pyrénées –Orientales (9,68 %) et de la Lozère (8%). Et même si ces chiffres sont en dessous de moyenne nationale (estimée à ce jour autour de 14%), ils peuvent paraître satisfaisants en comparaison du Gard et de l’Hérault qui décrochent le zéro pointé : 1 conseillère générale sur 46 dans le Gard (2,17%), et 2 sur 49 (4,08%) dans l’Hérault.

 Les causes de ce déficit de féminisation ne  peuvent de manière simpliste relever que du pur machisme. La colère à cet égard de Mr Alary dans le Gard - à l'investiture, "on" lui retoque une candidate-  en atteste ; la réflexion engagée sein de la majorité départementale dans l’Aude milite dans le bon sens.

Alors, où sont les freins ? J’en vois trois.

-                           « l’égalité des chances » au niveau des candidatures n’est pas la même pour les hommes et pour les femmes. Les candidatures féminines au 1er tour du scrutin 2008 (21,10% au niveau régional) sont très loin de se traduire en sièges (5,7% d’élues).

-                            La progression des élues à pas de tortue découle, de la nature même du scrutin majoritaire, « Un scrutin de gladiateur » selon Edouard Herriot.

-                           enfin, l’effet « notabilière » joue à fond. Les élections cantonales sont encore en 2008,  pas mal caractérisées  par l’immobilisme. En  témoigne partout le poids considérable des sortants.

 Alors, pour 3 ans encore, les électeurs et électrices du Languedoc-Roussillon, pourtant clairement en attente d’une féminisation de leurs représentants devront se contenter dans 93% des cas de cantons dirigés par des hommes.

C’est bien dommage, car, en elles même ce ne sont pas tant les assemblées départementales qui, dans nos sociétés modernes font figure d’archaïsme, mais bel et bien leur mode de scrutin.

10:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

27 mars 2008

La stratégie d’un homme

Force est de constater que la majorité politique de la Région Languedoc-Roussillon a gagné des villes aux élections municipales : Narbonne, à droite depuis 37 ans, Lodève depuis … très longtemps –je ne reviendrai pas sur la contre performance de Claude Allègre  d’il y a près de  20 ans-, et Mende, à droite depuis … . une éternité, c’est dire, je n’étais pas née !

Quant à Carcassonne – perdue par la gauche en 1983 – et Perpignan – socialiste du fait de Mr Alduy père qui l’était encore  jusqu’au début des années 70 -, sans ces tricheries électorales (encore) présumées, elles auraient pu aussi tomber.

Ce qui m’étonne, c’est que je ne l’ai pas clairement entendu dire. Mais ces gains valident la stratégie d’un homme avec lequel le PS a décidé de continuer à compter.  CQFD.

14:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

26 mars 2008

« Coup fourré » ?

Elle accuse. Michèle André, sénatrice du Puy de Dôme (je vous en ai déjà parlé le 23 mars) accuse l’ancien ministre de François Mitterrand, Michel Charasse d’être l’investigateur d’un « coup fourré » pour la faire battre à la présidence du conseil général qu’elle briguait avec l’appui d’une large majorité des militants socialistes.

            Le conseil national du Parti socialiste a été saisi du contentieux,  la fédération du Puy de Dôme estimant « que les conseillers généraux qui n’ont pas respecté le vote des militants se sont exclus du PS ». Quant à Mme André, par ailleurs ex-secrétaire d’Etat chargée des droits de la femme, elle rejette « les leçons de socialisme de Mr Charasse, dont on connaît l’estime qu’il porte aux femmes ».

            La décision du Bureau national dans les jours qui suivent sera à observer au plus près. Pour voir si elle exclut non seulement le dissident réélu, mais aussi son complice, auteur, selon Michèle André du « coup fourré ». Si c’est le cas, cette décision fera jurisprudence. Ce qui me conduit à signaler à certains de nos amis héraultais de se méfier s’ils étaient un jour ou l'autre tentés.

10:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

25 mars 2008

La parité à l’honneur

La promotion de Pâques de la Légion d’Honneur distingue autant de femmes (332) que d’hommes (330). Cette liste paritaire, la deuxième après celle du début de l’année, semble, en reconnaissant  la place des femmes dans notre pays, confirmer concrètement l’égalité inscrite dans la devise républicaine.

            Reste encore à corriger quelques disparités inexplicables puisque dans la promotion, seul un tiers de femmes figure dans les grades élevés de commandeurs et d’officiers au sein de l’ordre et que dans le Languedoc –Roussillon la proportion de femmes décorées de la Légion d’Honneur bien inférieure à la moyenne nationale stagne désespérément depuis des années très au dessous de la barre de 10%.  

            Notre région serait-elle oubliée de la République ou les femmes y serait-elles moins méritantes qu’ailleurs ?

20:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)