statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20 juillet 2006

Le dernier des thons

Je retrouve dans les paroles de Mr Raphaël Scannapiecco, senneur sétois, « Je voudrais pêcher moins et vendre mieux » (Midi- Libre du 20 juillet 2006 – www.midilibre.com), des propos que pourrait tenir aujourd’hui le peuple des vignerons languedociens que la mévente plonge peu à peu dans la misère.

            La pêche et la vigne ont reçu ces dernières années des aides publiques substantielles, qui pour moderniser ou construire de nouveaux armements, qui pour procéder à une restructuration du vignoble en cépages aromatiques. Ces investissements publics, ajoutés chaque fois aux efforts financiers et personnels de la profession ont donné de bons résultats : une flotte efficace, une amélioration notoire de la qualité de nos vins,  qui ont bien payé les premières années.

            Il n’en demeure pas moins que la crise est de retour.

            Parce que la logique du marché dicte qu’il ne suffit pas de produire, mais qu’il faut anticiper.

            Anticiper au niveau mondial les concurrences sauvages tant sur terre qu’en mer et regarder les choses  en face pour ne pas contraindre pêcheurs et viticulteurs à pallier par un dépassement des quotas, la tentation de produire plus, une rémunération insuffisante de la qualité qui ne permet plus de survivre.

            Autrement dit, ne pas, de manière hypocrite se voiler la face et reconnaître ensemble que nous devons changer de culture et devenir des marchands.

            Il reste encore bien du chemin à faire. A la vigne, il est urgent, je crois, avant d’aller plus loin, d’apprendre à bien tenir son marché de proximité. Ce n’est pas gagné ! A la mer, Mr Joseph Salou, responsable de la section « thons » à la coopérative SaThoAn de Sète préconise « des études sérieuses » pour démontrer que les fermes d’engraissement « n’empêchaient pas la reproduction des thons ». Alors, pourquoi ne pas essayer ? Pour en parler ensuite avec les écologistes. Avant le « dernier des thons » !

           

 

Commentaires

Eh ben !

Notre societe creve du liberalisme marchand de tous les cotes !

Faire l'apologie du capitalisme agonisant faut oser ...

Les privatisations des services publics en reseaux (eau, gaz, electricite, communications, transport, ...) condusisent toujours a des desastres

Les pannes massives, les accidents majeurs, la pollution, ce ne sont pas des accidents mais ce sont les consequences directes de la loi du profit que l'on veut imposer partout

On a deja un avant gout avec le telephone mobile, on vient de saborder le reseau unique et maintenant - grace a la concurrence mdr - on doit porter 3 appareils sur soi pour pouvoir etre joint partout en France !

Quant aux tarifs, les arnaques legales devrais je dire, plus personne n'est en mesure de les comparer

Ah les vertus de la concurrence libre et non faussee :)


Mais rassurez vous bientot vous pouvez verifier tout cela pour le gaz, l'electricite les transports ..

En attendant la privatisation de la sante et de l'education ...

Ca me stupefait toujours autant de trouver des gens qui defendent un tel b... euh pardon anarchie :)

Écrit par : touriste | 26 juillet 2006

Bonjour Geneviève, Les choses ne sont pas si simples en viticulture. Le premier vigneron de France, la Société Pernod Ricard, n'a pas une souche en France et il est le 2°vendeur de vin dans le Monde. Il a délocalisé totalement sa production et n'a gardé en France que son vignoble Champenois.Il vient de racheter la majorité du capital du numéro 1 espagnol et va vendre dans son circuit mondial les vins Espagnols. En GB la marque Australienne Jacobs Creek propriété de PR a fait grand mal aux vins français particulièrement aux vins de cépage Pays d'Oc. Ceci qui est trés significatif, de l'inadaptation de la règlementation française, des charges d'exploitations, des structures commerciales inadaptées qui en sont la conséquence. Sur l'exploitation familiale gérée par mon fils Pierre, nous progressons toujours à l'export sur des marchés de niche (plus de 80% export) mais cela demande de l'organisation des compétences, une logistique, un engagement total (communication, relationnel, voyages) Nous sommes trop peu nombreux a agir de la sorte. Mais l'avenir est sombre, la nouvelle OCM (organisation commune de marché) européenne, change complétement la donne, nous passons d'une organisation administrée, au libéralisme total, la viticulture traditionnelle va beaucoup souffrir, beaucoup de coopératives sont condamnées dans ce système.
Voila ce que je voulais dire en réponse aux problémes de comapraison des pêcheurs de thon et des vignerons.
Jean Clavel

Écrit par : Jean Clavel | 21 août 2006

Les commentaires sont fermés.