statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03 juillet 2006

Les parrains?


medium_tapie1.jpg Cela y est ! Samedi 1er juillet à Paris, c’était le grand bain. Très solennellement, la Convention nationale du Parti socialiste (une assemblée qui réunit les délégués de toutes les fédérations du pays), m’a accordé l’onction de son investiture pour porter ses couleurs dans la 7e circonscription législatives de l’Hérault (Sète/Agde), aux élections générales qui suivront la présidentielle de 2007.

En descendant de la tribune de la Mutualité, la salle où se déroulait cette manifestation,  retours rapides en arrière et moment intense d’émotion. Trois images, trois faits dans cet endroit même se bousculaient dans ma tête.

medium_tapie2.jpg1945. Refondation du Parti socialiste à la Libération. A la « Mutu », comme nous disons entre nous. Placée sous le balcon, je revois comme un flash, la photo d’archive représentant la délégation de l’Hérault ; ils, elles sont tous là : le Premier secrétaire, Charles Alliés de Pézenas (il sera sénateur en 1971), Jules Moch (il sera Ministre et député de Sète), Madeleine Laissac (ce sera la première femme députée de l’Hérault en 1951), Marcelle Huc, veuve du martyre fusillé à Béziers (ce sera la première conseillère générale), et l’éternel Fanjeaux de Boujan, simple militant qui tiendra les finances pendant plus de 30 ans.

1974. J’ai à peine plus de 20 ans. Ils sont presque tous là encore, plus quelques jeunes dont Jean Lacombe (il sera député de Sète de 1981 à 1993) qui se lève et me réceptionne. Je les ai convaincus. Ils m’ont acceptés. Je suis membre à part entière de la Convention nationale pour voter (par acclamations !) la désignation de François Mitterrand à la Présidentielle. Merveilleuse rencontre ; elle va déterminer le sens de ma vie !

2006. La fierté d’être socialiste. Etre socialiste, c’est partager le pouvoir comme être socialiste c’est partager la richesse et vouloir l’égalité. « Ils » ont tenu bons. François Hollande l’avait promis, la Convention vient d’investir autant d’hommes que de femmes et, si tout va bien, plus de 100 d’entre elles seront élues députées en 2007. Je fais partie du lot.

medium_tapie3.jpg Alors quel chemin parcouru en 10 ans depuis 1996, l’année où Jospin, Premier secrétaire avait imposé 1/3 de candidate ! Que de combats menés dans la Parti par le lobby femmes, que de colloques, réunions, études, évaluations à l’Assemblée des femmes . C’est ce que je pense en m’avançant vers eux. Ils m’attendent. Ils me félicitent. Eux aussi sont émus. Miracle ? Non. Ils ont, me disent-ils « fait de la politique » : Henri Emmanuelli, député des Landes, mon « chef » de « courant » et Robert Navarro, Premier secrétaire de l’Hérault et député européen.


Les « parrains » ? Oui pour le baptême du feu !

Commentaires

bonne chance!

Écrit par : pierrot le zygo | 08 juillet 2006

Merci infiniment à Pierrot le Zygo et à Mr Pierre Guiraud!

Écrit par : genevieve tapie | 10 juillet 2006

de rien!

Écrit par : pierrot le zygo | 12 juillet 2006

Je n'ai pas pu être présente à la Convention Nationale, j'avais un conseil d'administration incontournable ce jour là.
Sinon je n'aurais pas manqué de te féliciter pour ta désignation !
Jean Gatel et moi nous avons parlé de toi il y a quelques jours en Avignon.
Je te souhaite d'être élue.
Amitiés fidèles ...
Nadine

Écrit par : Nadine Cottet | 22 juillet 2006

Chère Camarade,

Je veux par ce courriel vous informer d'une expérience qui connait un grand succès (paroles de poilus, paroles de, etc).

A la suite de toutes ces paroles, l'expérience continue. Certaine que vous serez interessée vous et vos lectrices, lecteurs par ce nouveau sujet : Paroles de femmes, je vous transmets le texte et les coordonnées pour vous rendre sur le site web.
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-inter01/speciales/2006/parolesdefemmes/

Bien cordialement.

Lovely34.

France INTER a décidé de donner la parole à ces femmes qui ont tout changé.
ECRIVEZ-NOUS
Jusqu'au 15 novembre, envoyez-nous vos plus beaux témoignages, journaux intimes ou
lettres de femmes qui sommeillent dans vos archives ou dans vos esprits et qui racontent
un siècle de conquêtes, d'épreuves ou de joies

Depuis la loi du 13 juillet 1907 qui accorde aux femmes mariées la libre disposition de leur salaire et qui représente la toute première conquête des femmes au 20ème siècle, en passant par leur accès au droit de vote en 1944, et par la Loi Veil sur l'IVG en 1975, les femmes ont fait progresser le 20ème siècle en progressant avec lui.
Ce qu'elles n'ont pas pu exprimer au grand jour parce qu'elles n'avaient pas voix au chapître, de nombreuses femmes l'ont exprimé dans le secret de leurs confidences épistolaires et de leurs journaux intimes.
A partir d'août 2006, avec une piqûre de rappel en septembre 2006, Radio France (France Inter, France Bleu) va demander à ses 13 millions d'auditeurs de lui faire parvenir les plus belles lettres, les plus beaux journaux intimes de femmes trouvés dans leurs archives et exprimant un siècle de conquêtes sociales et personnelles. Et lorsqu'ils n'auront pas de cave ou de grenier, les auditeurs de Radio France seront incités à écrire les plus belles paroles de femmes d'aujourd'hui sur les conquêtes d'hier et de demain…

Les témoignages, les lettres et les textes qui auront été retenus nourriront une série de livres et d'émissions sur les antennes de Radio France à partir d'octobre 2007 :
Un livre illustré aux éditions Les Arènes
Un librio à 2 euros
1 CD Gallimard dans la collection Ecouter Lire

http://www.radiofrance.fr/chaines/france-inter01/speciales/2006/parolesdefemmes/
Une série de 20 épisodes sur France BLEU
Des émissions sur France Inter et sur le Mouv'
Une exposition itinérante de 32 panneaux destinée à La Poste et au monde scolaire

En guise de hors d'oeuvre, un texte de la fin du 19ème siècle
La femme est l'âme de la maison.
La maison où il y a une bonne femme se distingue tout de suite des autres. On y trouve un ordre particulier, une façon simple et harmonieuse de disposer toute chose, une propreté scrupuleuse où l'on ne devine pas seulement le soin d'une ménagère active, mais aussi la tendresse toujours en éveil de la mère et de l'épouse. Ne s'agirait-il que d'un petit bouquet de bleuets, cueilli au bord du chemin, la chère femme a su mettre ses fleurs au bon endroit ; le verre qui les contient est brillant, l'eau est pure, et cela donne à la demeure un petit air de fête qui réjouit l'oeil en entrant. Elle ne livre rien au hasard; jusque dans les plus petits détails il y a une intention, et chacune de ces intentions sort de son bon coeur pour aller à celui des autres. Sa personnalité rayonne, réchauffe, et le parfum de son âme pénètre partout ; on la sent sans la voir. Car le signe distinctif d'une bonne femme est de ne pas faire du tapage, de ne pas attirer les regards et de passer presque inaperçue dans la famille. C'est lorsqu'elle n'est plus là que l'on comprend tout ce qu'elle valait. Il semble alors que le feu du foyer soit éteint, et, à chaque heure du jour, on la cherche, on l'attend. Elle est comme le bon pain de froment qui semble insipide et dont on ne peut pas se priver. Elle est comme l'air pur qui nous fait vivre et que nous ne voyons pas ! Son coeur et sa vie sont aux autres ; elle s'est donnée tout entière, on la sait à soi ; on use de son âme, on y fouille comme en un trésor commun. Sa bonté est au milieu de la famille un refuge toujours ouvert qui calme et qui guérit, non pas qu'elle se pique d'éloquence et de philosophie, qu'elle endorme le chagrin par des phrases ou persuade par des raisonnements ; elle partage les peines et les joies de ceux qu'elle aime, rien de plus, et cela si simplement, avec tant de naturel et d'un coeur si sincère que l'on ne songe même pas qu'il en pourrait être autrement. Elle n'a pas conscience d'ailleurs d'être l'ange du foyer et l'âme de la famille ; elle ne fait aucun effort pour cela ; c'est par besoin qu'elle se dévoue, par instinct qu'elle s'efface ; elle va au bien comme les braves au canon. Elle a la pudeur de ses vertus comme d'autres ont la honte de leurs défauts, et agit avec des raffinements de diplomates pour dissimuler ses bonnes actions, pensant que la reconnaissance dont on paye un bienfait enlève à ce bienfait le plus pur de son mérite et le déflore en le signalant.
Gustave DROZ (1832-1895), Tristesses et Sourires, 1884.

En savoir plus :
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-inter01/speciales/2006/parolesdefemmes/

Rassembler à Gauche 34. Lovely34. (no censure).

Écrit par : Lovely34 | 16 août 2006

Tout d'abord Félicitations à Geneviève Tapié pour son investiture dans la 7 ème circonscription de l'Hérault.Ses qualités humaines, son expérience de terrain, sa défense acharnée des droits des femmes et son savoir faire seront sans aucun doute des atouts précieux pour les élections législatives. Je lui souhaite bon courage .Cette circonscription peut être gagnée, j'en suis convaincu.

J'en profite aussi pour donner l'adresse de mon site que j'ai crée sur Palavas:

http://palavas.blog4ever.com/blog/lirarticle-51520-130080.html

Luc Albernhe

Écrit par : Luc Albernhe | 20 août 2006

Les commentaires sont fermés.