statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28 juin 2006

« Clanique et Match’o »

C’est ainsi que Claudy, commentant l’article paru dans Midi-Libre de dimanche passé, parle du landerneau politique sétois. Elle ajoute dans son message : « Je réside à Sète. Par ailleurs, si je suis profondément de gauche, mon vote va plutôt
généralement à " la gauche de la gauche" mais j'avoue que cette législative vous avez ma voix car je vous sais  de gauche et vous saurez faire entendre aussi une voix féministe...  dans ce canton clanique et "match'o", votre candidature renouvelle le paysage.  Et apportera des
idées nouvelles ».

            Alors, allez les femmes ?

candidature.pdf

candidature2.pdf

10:44 Publié dans femmes et politiques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Femme

25 juin 2006

Bon sang ne saurait mentir

 Il a raison, Dédé Lubrano, Conseiller municipal de Sète !

Vous l’aurez compris, je suis capable de vous organiser une réunion un soir capital de Coupe du Monde. Non pas que l’avenir des bleus me soit indifférent, au contraire, je suis bon public ; je ne répugne pas aux comptes rendus de presse des lendemains et j’aime les hymnes nationaux, surtout quand les équipes les entonnent ensemble à pleins poumons.

            Justement, hier soir, j’étais servie ; c’était Argentine/Mexique. Du cœur battant de la pelouse, les chants s’élevaient, valeureux et virils ; dans les tribunes les supporter(e) s reprenaient. Bonheur de l’union des peuples par le sport ; soit !

            A droite de l’écran –je veux dire du terrain- une inscription : non au racisme. Bien. Mais quoi à propos du sexisme, de la traite des femmes dont j’ai maintes fois parlé, esclaves modernes des lupanars de Berlin ? Rien.

            Si. La petite Alexandra, petite fille de Yvette Rosenfeld secrétaire en son temps de la Section socialiste de Saint-Thibéry, une amie,  venait de parler. Pour dire, avec autorité, à la FIFA que la Miss France qu’elle était, n’était pas du tout d’accord avec cela.   Bravo, Alexandra, et  bon sang ne saurait mentir !

15:41 Publié dans femmes et politiques | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Femme

Adieu Général

Adieu Général

            Le Général Michel Poulet vient de disparaître, emporté brutalement par un cancer foudroyant.

            C’était un ami. Un ami des femmes.

            Au début de l’année 2000, il m’avait appelé par téléphone. Il voulait me voir. Nous avions déjeuné à Montpellier à l’Ecole d’application de l’Infanterie (EAI) qu’il dirigeait. Il était préoccupé par la fin de la conscription. Plus d’appelés le priverait du lien social que ces derniers tissaient entre l’Armée de Terre et les femmes.

            Je ne comprenais pas. Alors il m’avait expliqué que les soldats parlaient de leur vie militaire à leurs familles, leurs fiancées, leurs épouses, leurs mères et leurs sœurs, et que désormais la professionnalisation allait conduire l’Armée à recruter des milliers de civils. Plus de service militaire signifiait, plus de séparations, plus de mythes, la fin du romantisme, plus d’occasion de dire à la belle dans ses lettres, comment l’Armée l’était aussi. La fin de la conscription rompait un maillon de la chaîne qui permettait à l’Armée de se faire positivement connaître et reconnaître par les citoyennes. Bref, il  importait  au Général Poulet de maintenir ce dialogue que des générations de soldats avaient tissé avec les femmes.

            Il avait aussi, derrière la tête une autre idée.

            L’Armée, privée des bataillons de conscrits, cuisiniers, serveurs, maçons, mécaniciens, coiffeurs, informaticiens, agents administratifs… que sais-je, allait devoir faire appel à une main d’œuvre tout à la fois qualifiée, mais répondant aussi au critère de discipline, de rigueur et de moralité qui caractérise la vie militaire.

            Alors, il avait pensé aux femmes. Et n’avait nullement caché –j’aimais ce style direct aux antipodes de la langue de bois-, son ambition de redorer, dans cet objectif à leurs yeux … le blason de l’Armée de Terre.

            J’ai sauté, pour ainsi dire sur l’occasion. L’EAI s’offraient à l’Assemblée des femmes. Ses exigences n’ont eu de limites que celles de ces adhérentes ; merveilleux Général Poulet ; il était toujours là, en grande tenue pour nous accueillir. Et ne manquait jamais de s’entourer de ses dames, toujours elles aussi, en grande tenue, histoire de nous faire voir !

            Il est parti à Tours à l’été 2002. Il devait revenir à Montpellier. Il a tenu parole.

            Mais ce n’est pas ainsi qu’il en avait été convenu.

            Adieu, Général, adieu l’ami !

Photo : « Les cravates rouges » (le Général Poulet et Mme Yvette Chassagne) sur le site de l’Oppidum d’Ensérune – Remise des insignes de la Légion d’Honneur à Geneviève Tapié.

10:50 Publié dans femmes et politiques | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Femme

24 juin 2006

Adieu Général

Le Général Michel Poulet vient de disparaître, emporté brutalement par un cancer foudroyant.
    C’était un ami. Un ami des femmes.
    Au début de l’année 2000, il m’avait appelé par téléphone. Il voulait me voir. Nous avions déjeuné à Montpellier à l’Ecole d’application de l’Infanterie (EAI) qu’il dirigeait. Il était préoccupé par la fin de la conscription. Plus d’appelés le priverait du lien social que ces derniers tissaient entre l’Armée de Terre et les femmes.
    Je ne comprenais pas. Alors il m’avait expliqué que les soldats parlaient de leur vie militaire à leurs familles, leurs fiancées, leurs épouses, leurs mères et leurs sœurs, et que désormais la professionnalisation allait conduire l’Armée à recruter des milliers de civils. Plus de service militaire signifiaient, plus de séparations, plus de mythes, la fin du romantisme, plus d’occasion de dire à la belle dans ses lettres, comment l’Armée l’était aussi. La fin de la conscription rompait un maillon de la chaîne qui permettait à l’Armée de se faire positivement connaître et reconnaître par les citoyennes. Bref, il  importait  au Général Poulet de maintenir ce dialogue que des générations de soldats avaient tissé avec les femmes.
    Il avait aussi, derrière la tête une autre idée.
    L’Armée, privée des bataillons de conscrits, cuisiniers, serveurs, maçons, mécaniciens, coiffeurs, informaticiens, agents administratifs… que sais-je, allait devoir faire appel à une main d’œuvre tout à la fois qualifiée, mais répondant aussi au critère de discipline, de rigueur et de moralité qui caractérise la vie militaire.
    Alors, il avait pensé aux femmes. Et n’avait nullement caché –j’aimais ce style direct aux antipodes de la langue de bois-, son ambition de redorer, dans cet objectif à leurs yeux … le blason de l’Armée de Terre.
    J’ai sauté, pour ainsi dire sur l’occasion. L’EAI s’offraient à l’Assemblée des femmes. Ses exigences n’ont eu de limites que celles de ces adhérentes ; merveilleux Général Poulet ; il était toujours là, en grande tenue pour nous accueillir. Et ne manquait jamais de s’entourer de ses dames, toujours elles aussi, en grande tenue, histoire de nous faire voir !
    Il est parti à Tours à l’été 2002. Il devait revenir à Montpellier. Il a tenu parole.
    Mais ce n’est pas ainsi qu’il en avait été convenu.
    Adieu, Général, adieu l’ami !



Photo : « Les cravates rouges » (le Général Poulet et Mme Yvette Chassagne) sur le site de l’Oppidum d’Ensérune – Remise des insignes de la Légion d’Honneur à Geneviève Tapié.

21:55 Publié dans femmes et politiques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Femme

18 juin 2006

Flash back

Les hommes sont-ils vraiment indécrottables ?

            A une réunion récente du Parti socialiste, un élu local m’a ri au nez à propos des dispositions de notre projet pour exercer le pouvoir autrement : mandat parlementaire unique, limite du cumul, élection des Conseils généraux au scrutin proportionnel….

            Flash back. Dix ans en arrière, sous le cèdre de Gramont, le domaine municipal de Montpellier, on célébrait le départ du  directeur du Palais des Congrès, le Corum. Jospin, alors patron du PS, venait tout juste d’annoncer sa décision de réserver 1/3 des circonscriptions à des femmes : la France, dernière au classement des démocratie européennes comptait à peine 5% de députées à l’Assemblée nationale. Et autour de la table, cette fois là, on m’a gentiment conseillé, bref,  d’aller me faire voir ailleurs. Je crois même qu’on avait parlé de casseroles …

            Aujourd’hui, la Fédération socialiste de l’Hérault vient de désigner trois candidates  aux élections législatives de 2007. Dans trois circonscriptions, gagnables, c'est-à-dire qui ont connu par le passé des élus socialistes.

            Alors, on ne ri plus?

           

09:20 Publié dans femmes et politiques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Femme