statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04 février 2017

Face à un FN haineux et sexiste, le salutaire courage (ou la légitime réaction) de Carole Delga

NewLogoFemmes2016-2.jpg

Spontanément, courageusement, légitimement, la présidente du Conseil régional a fait face aux propos inadmissibles tenus par un élu du Front national, lors de la session publique du 3 février. Carole Delga a immédiatement considéré que la manipulation de l’Histoire et la provocation politique ne pouvaient pas être tolérées, à fortiori dans une enceinte de la République. Cet élu, plus soucieux d’attiser la haine que de respecter la vérité historique, a volontairement porté atteinte à la mémoire et à l’honneur de nombreux parlementaires.

Rappelons les faits. Seize parlementaires (1), députés ou sénateurs, socialistes ou radicaux, élus dans l’actuelle Région Occitanie, ont, le 10 juillet  1940, refusé les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Parmi eux, n’oublions pas les plus illustres de ces grands résistants, sans l'engagement desquels nous ne serions plus certainement en démocratie  : Vincent Auriol (député de la Haute-Garonne), Vincent Badie (député de l’Hérault), Léon Blum (député de l'Aude), Jules Moch, (député de l'Hérault), Paul Ramadier (député de l'Aveyron). Certains, comme Georges Pézières, sénateur des Pyrénées-Orientales, l'ont payé de leur vie. Soulignons que ces treize départements comptaient trois fois plus qu’ailleurs de parlementaires fermement défenseurs de la République. Je ne les oublie pas, Carole Delga non plus ! 

La réaction salutaire de la présidente de la Région est un acte fort, face à l'ignominie de ce parti politique et contre les agressions et les insultes auxquels ses élus se croient autorisés, alors qu’elles sont inacceptables dans un débat démocratique.  

De mon côté, j'en appelle à toutes les femmes ! 

Cet incident de séance a mis en pleine lumière le vrai visage du Front national sur le pouvoir et sur les femmes. Le FN est un parti sexiste  et misogyne.  Il refuse la parité tout en nommant aux responsabilités ses filles, ses  petites filles, pour qu'elles combattent mieux les  droits que les femmes ont conquis de haute lutte. L’extrême droite est prête à les leur arracher : l'indépendance économique, le droit à décider, le droit à représenter,  le droit à disposer de soi, le droit au respect, la lutte contre toutes formes de violences... 

Carole Delga représente ce que le FN déteste et  combat. Elle incarne le pouvoir des femmes. Elle tient sa légitimité de ses seuls mérites républicains.  Elle incarne les valeurs de notre pays. 

(1) Vincent Auriol (Haute-Garonne), Vincent Badie (Hérault), Léon Blum  (Aude), Paul Boulet (Hérault), Georges Bruguier (Gard), François Camel (Ariège), Pierre de Chambrun (Lozère), Henri Gout (Aude), Augustin Malroux (Tarn), Gaston Manent (Hautes-Pyrénées), Jules Moch (Hérault), Louis Noguères (Pyrénées-Orientales), Georges Pézières (Pyrénées-Orientales), Paul Ramadier (Aveyron), Joseph-Paul Rambaud (Ariège), Joseph Rous (Pyrénées-Orientales).

 

 

01 février 2017

Revue de presse... régionale

Elysée 18 janvier 2017 3.jpg

 

Les deux Quotidiens régionaux de référence, Midi-Libre et la Dépêche ont traité dans leurs colonnes la réception récente de plusieurs de nos représentantes, au Palais de l'Elysée par François Hollande, Président de la République. 

La Dépêche 21 janvier 2017 Elysée.pdf

Midi-Libre 1er février 2017.pdf

Ce traitement médiatique s’inscrit dans une politique volontariste des chefs de rédaction pour promouvoir et valoriser dans les grands titres régionaux l'engagement des femmes d'Occitanie. Le travail réalisé en ce sens par le Club de la Presse de Montpellier Languedoc Roussillon, et porté sans relâche  tant par sa Présidente Céline Catamara que  sa Directrice Agnès Maurin porte ainsi ses fruits.  Les deux femmes entourées d’une Commission dédiée ont ensemble mis en lumière  pour la première fois dans notre Région la place des femmes journalistes, elles représentent 51% des effectifs, quand les postes de chef de rédactions culminent à 71%.  

Le travail continu de l'Assemblée des femmes d'Occitanie Pyrénées -Méditerranée pour la participation des femmes à toutes les sphères de décision se trouve  ainsi salué   par des hommes de premier plan au niveau de la Nouvelle grande région.

A noter enfin que cette invitation à l'Elysée, à l'initiative de notre ami Jean-Marie Cambacérès, ancien député du Gard et Président de Démocratie 2012 (D12), - au 2e plan sur la photo à gauche du Président de la République-  s'inscrivait dans le cadre des activités de ce Mouvement de soutien à François Hollande. 

Midi Libre 1er février 2017.jpg

La Depeche 21 janvier 2017.jpg

 

 

19 janvier 2017

"Les filles d'Occitanie"

IMG_0974.JPG

IMG_0977.JPG

Invitées par Jean-Marie Cambacérès, Président du Mouvement Démocratie 2012, les "Filles d'Occitanie" ainsi qualifiées  hier par François Hollande, Président de la République, se sont prêtées au jeu de la photo au cours d'une réception privée organisée le 18 Janvier à l'Elysée, Salon des Ambassadeurs....

Le Président avait tenu a recevoir quelques un-e-s de ses fidèles ami -e-s pour les remercier en quelques mots  de leur soutien permanent, "avant et après l'élection de 2012",  demandant à tous et toutes de "rester mobilisés", car "le quinquennat n'est pas terminé", et ajoutant qu'il était toujours là! Suscitant alors à cette évocation des applaudissements nourris.  

Très détendu, souriant, souvent amusé, il resta longtemps avec ses invité-e-s. Sans oublier une pensée et des messages pour  "Carole" ... (Delga), Présidente de Région et "Première " de toutes les femmes d'Occitanie.  

Magnifique soirée...

Photo : Sous le regard vigilant du Président Cambacérès, les "filles d'Occitanie" Dominique Aulas (Lozère), Christine Pujol (Aude), Geneviève Tapié (Hérault), Sylvie Royo (Gard), Léna Boukili et  Florence Ginisty (Haute-Garonne).

 

05 janvier 2017

Deux initiatives de l’Assemblée des femmes d'Occitanie labellisées au plan national

2015-09-24 15.50.22.jpg

 

Le ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des Femmes a labellisé deux initiatives conduites par l’Assemblée des Femmes Occitanie Pyrénées Méditerranée - Observatoire régional de la parité (Photo) :

  • La constitution de cette association, par extension en Midi-Pyrénées, donc à l’échelle de la nouvelle grande région Occitanie, de celle créée en 2000 en Languedoc-Roussillon,
  • La parution d’un nouveau rapport de l’Observatoire régional de la parité consacré à « La féminisation des assemblées intercommunales de la nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées ». 

Le travail continu de l’Assemblée des femmes, pour la promotion des femmes dans la vie publique et leur participation à toutes les sphères de décision, politiques, économiques, sociales, est ainsi salué au plan national.  

Les deux initiatives figurent dans le « Plan d’actions et de mobilisation contre le sexisme », décidé par la ministre, Laurence Rossignol, sous l’intitulé « Sexisme, pas notre genre ». Lancée  en septembre dernier cette campagne va se poursuivre jusqu’au 8 mars. Le plan rassemble les actions d’associations, d’entreprises et de collectivités qui contribuent à faire reculer le sexisme et les préjugés, avec des opérations concrètes, enracinées dans les territoires, telles que celles de l’Assemblée des femmes.

 

17 décembre 2016

Impertinence ?

Le Quotidien régional de référence, Midi-Libre, consacre ce matin, outre sa Une et trois pleines pages de photos et  publicités, plusieurs articles à l'élection de Miss France ce soir à l'Arena de Montpellier où l'on attend plus de 8000 personnes. C'est donc un événement important qui mobilise un public nombreux; depuis plusieurs semaines, le Maire, Président de Montpellier Métropole pose avec application entourée du bataillon des candidates  qui vont se disputer le titre : celui de la plus belle femme de France.

Vous comprendrez que ce n'est pas ma tasse de thé. Mais jusqu'ici, j'avais décidé d'observer un silence pudique sur cet événement qui ne sert en rien la cause des femmes; après tout, pourquoi m'exposer aux critiques, les élues locales sont bouches cousues et les parlementaires sont muettes.

Ce  matin le salut vient d'un homme;  le journaliste de l'Agence locale de Montpellier Guy Trubuil, sauve l'honneur dans un excellent billet d'humeur "Miss... au quotidien"  que voici :

Midi-Libre 17 décembre 2016

Miss Midi-Libre 17 decembre 2016.jpg

A ce demander aussi quel impertinent -e  secrétaire de rédaction a placé juste au dessous  "La Phrase" : "Le législateur devrait se pencher sur ces élus qui dilapident l'argent des contribuables".

Et à  croire que ces mots  ne concernent en rien  les  voix de ces femmes  de Guy Trubuil  "fortes, opiniâtres, courageuses, comme ce vendredi, lorsqu'elles ont interpellé le maire et le préfet sur leur inquiétude de mères, de filles, de citoyennes... "