statistiques
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28 mai 2018

A la découverte des "femmes d'action" au Pays de Pyrène (Ariège)

NewLogoObservatoire2017.pngMontrer comment des femmes exercent avec succès des responsabilités politiques ou économiques : c’est l’objectif de la journée « Femmes d’action au Pays de Pyrène », organisée le 15 juin par l’Observatoire régional de la parité d’Occitanie, avec le soutien du Conseil Départemental de l’Ariège. 

« Nous avons composé un programme qui comporte un temps d’échanges et une série de rencontres, précise Geneviève Tapié, présidente de l’association. Ce sont deux manières, par la réflexion puis par la découverte, de faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes. »  

Cette journée « Femmes d’action au Pays de Pyrène » est la quatrième de cette formule conçue par l’Observatoire régional de la parité d’Occitanie, après celles, réalisées en 2017, en Terre d’Aude (Aude), en Terre Catalane (Pyrénées Orientales) et dans les Grands Causses (Aveyron).

Invitation et programme joints : Ariège invitation programme inscriptions 15 juin 2018.pdf

22 avril 2018

Dîner débat à Carcassonne le 4 mai 2028 - Hôtel de la Cité.

 

 

L’Ambassadeur de France auprès de l’UNESCO ancien chef du protocole de la République française raconte la France et le monde à travers vingt grands repas 

Voilà un dîner-débat qui marquera autant les esprits que les papilles : Laurent Sfefanini y présentera le livre qu’il a dirigé, « A la table des diplomates - Cinq siècles d’histoire racontés par ses grands repas » (Editions L’Iconoclaste). Actuellement ambassadeur de France auprès de l’UNESCO il a été chef du protocole de la République française de 2010 à 2016. Il est conjointement invité par Pascal Mailhos, préfet de la Région Occitanie, Geneviève Tapié, présidente de l’Observatoire régional de la parité d’Occitanie, et Christine Pujol, présidente du groupe Cité Hôtels, qui l’accueillera, le 4 mai prochain, à l’Hôtel de la Cité, à Carcassonne.  

Laurent Stefanini a rassemblé historiens, diplomates et cuisiniers de renom pour mitonner le récit d’une vingtaine de grands rendez-vous internationaux, de 1520 à 2015. Hélène Carrère d’Encausse, Patrick Rambourg, Isabelle Richefort, Jean-Pierre Filiu, Michel Guérard, Thierry Marx, Alain Passard et Pierre Troisgros, entre autres, croisent ainsi leur regard sur plus de cinquante menus et leur goûteuse contribution à de grands moments de l’Histoire.  

Comment l’art de la table se conjugue avec celui de la diplomatie et comment la gastronomie sert les intérêts de la France, ce sera le menu pour les esprits. Celui pour les papilles sera proposé par Jérôme Ryon, chef étoilé du restaurant La Barbacane.

UNESCO livre.jpg

 

UNESCO Invitation janv 2018.pdf

UNESCO Bulletin d'inscription.pdf

BulletinCotisation2018.pdf

19 mars 2018

Les femmes au sein des Conseils économiques sociaux en France : l'Occitanie bien placée

 NewLogoObservatoire2017.png

 Communiqué de presse

A partir d’une étude statistique fournie par la Préfecture de Région, l’Observatoire régional de la parité d’Occitanie a examiné la place des femmes dans 12 des 13 Conseils économiques sociaux et environnementaux (CESER) renouvelés au 1er janvier 2018. Installé à partir du 1er mars 2018 le Conseil économique social et culturel de Corse présente un cas à part.

Dans ces assemblées, les conseillères sont désignées dans chaque région par le Préfet, sur proposition des organismes représentés au sein de quatre collèges (employeurs, salariés, associations, personnalités qualifiées). Selon les régions, la proportion de femmes se situe de 39 à 53 %, pour une moyenne nationale de 45 %.

L’Occitanie au 3è rang

La Région Occitanie (48 %) se hisse au palmarès des trois CESER où les femmes sont le mieux représentées, au coude à coude avec la Bourgogne Franche-Comté (49 %) et l’Ile-de-France (53 %) qui se place en tête. L’excellence du taux de féminisation dans ces trois Régions n’est certainement pas étrangère à la présence d’une femme à la tête de leur exécutif : Carole Delga en Occitanie, Marie-Guite Dufay en Bourgogne Franche-Comté, Valérie Pécresse en Ile-de-France.

Dans la France entière, la proportion de femmes a nettement progressé. En Occitanie, avec une progression de leur représentation de 53 % depuis le dernier renouvellement en 2016 (fusion des CESER Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées), la part des femmes a augmenté de 16,7 points,

Trois raisons expliquent ce phénomène :

  • Les effets de la Loi du 4 août 2014 sur l’égalité réelle entre les femmes et les hommes qui fixe des règles contraignantes pour la composition des CESER.
  • Une vigilance sans faille des associations féminines et féministes, dont l’Observatoire régional de la parité d’Occitanie.
  • Un véritable effet d’entraînement de la loi, tant sur certaines des composantes des CESER, que sur une ferme volonté de l’Etat en Région, autrement dit du Préfet de Région.

L’Observatoire régional de la parité d’Occitanie se félicite de ces notables progrès. Ils vont au-delà de la seule représentation numérique des femmes au sein des CESER. Ces avancées fondent les conditions de l’égalité entre les femmes et les hommes en tant que critère fondamental de la démocratie et du développement économique régional. Pour sa Présidente, Geneviève Tapié, « donner plus de pouvoir aux femmes est un levier économique décisif. L’absence d’égalité salariale et d’égalité de revenus est une perte pour l’économie régionale ». En Occitanie les femmes perçoivent 76 % du revenu moyen masculin (INSEE Occitanie, décembre 2016).

L’Association souligne cependant que des marges de progression importante persistent en Occitanie. En effet, la situation est bien moins satisfaisante au fur et à mesure que l’on s’élève dans la hiérarchie de la gouvernance (Bureau, Vice-président-es, Président-e-s de Commission, Bureau des Commissions). Le poids de la représentation des femmes passe de 48,2 % dans l’Assemblée à 32,3 % au sein du Bureau et la part des femmes est ramenée à 22,2 % des vice-présidentes et 18,5 % des vice-présidentes déléguées. Même faiblesse dans les huit commissions : seulement deux femmes occupent un poste de Présidente.  

Points forts et points faibles dans les collèges 

La Région Occitanie (48 %) se hisse en 2e place pour la proportion de conseillères au sein de deux des quatre collèges : le collège des Associations et organismes et le collège des personnalités qualifiées. Dans ce dernier, nommé à la seule initiative du Préfet de Région, on trouve la plus importante proportion de conseillères (75 %), bien au-delà de la moyenne nationale de 51 %. Ce résultat porte le CESER Occitanie à la deuxième place, derrière celui des Pays de Loire. Le collège des Associations et organismes permet, par une féminisation (54 % de conseillères) supérieure de 3 points à la moyenne nationale (51 %), de qualifier aussi l’Occitanie à la 2e place, juste derrière l’Ile-de-France.

En revanche, le pourcentage de femmes dégringole en dessous de la moyenne nationale au sein des collèges Employeurs et Salariés. Cette contre-performance est à relativiser : les Employeurs (41 %) comme les Salariés (46 %) se classent au coude à coude de la moyenne nationale (respectivement de 42 % et 47 %). Mais on peut regretter cette faiblesse qui amoindrit le « record » du CESER Occitanie dans le challenge national et le prive de la première place. Mettons néanmoins au crédit des deux Collèges des Employeurs et des Salariés, d’avoir élu des femmes à la Présidence de deux Commissions, sauvant ainsi l’honneur d’un CESER Occitanie qui en aurait été dépourvu.

 Contact : Geneviève Tapié emc.tapie.genevieve@orange.fr

CESER 2018 Palmarès collèges.pdf

CESER 2018-Rapport mars 2018.pdf

 

15 février 2018

Paru sur le Site de "Dis Leur" ...

... et sous la plume de Philippe Mouret, ancien journaliste économique à la Rédaction régionale de Midi-Libre que nous remercions.

CESER Dis-leur 120218.pdf

01 février 2018

La place des femmes au CESER Occitanie : des progrès inédits ... mais qui restent à prolonger.

NewLogoObservatoire2017.png

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Renouvelé, le Conseil économique, social et environnemental (CESER) d’Occitanie a été installé mercredi 31 janvier. Quelle place es femmes occupent-elles dans cette instance de réflexion collective et d’élaboration de propositions ?

Globalement, les progrès sont indéniables : les femmes sont passées de 31,5 % des membres en 2016 à 48,2 % aujourd’hui, soit une progression de 16,7% . Cette avancée est notamment due à l’action de l’Etat en région et au préfet de région lui-même : sur huit personnalités qualifiées, il a nommé six femmes. Elle résulte également de la féminisation des associations et organismes regroupés dans le collège 3 qui compte désormais 53,6 % de femmes. 

La situation est nettement moins satisfaisante dans l’exécutif du CESER. L’effet paritaire s’estompe. Au fur et à mesure que l'on grimpe dans la hiérarchie de la gouvernance, les femmes se raréfient : bureau 46,7% du total, vice-présidentes 44,4 %, vice-présidentes déléguées 25 %, présidente 0. (Voir chiffres et graphiques en annexes). Dans son discours d'investiture, président du CESER, Jean-Louis Chauzy  a pris l’engagement « de mettre en œuvre l’égalité femmes hommes dans l’exercice des responsabilités et à corriger ces disparités lors du renouvellement de l'exécutif, à la mi-mandat, pour parvenir à une gouvernance partagée dans trois ans ». 

Geneviève Tapié, présidente de l’Observatoire régional de la parité d’Occitanie, le souligne : « Qui doute que les femmes fassent partie des « forces vives » que le CESER représente ? Elles doivent y avoir leur juste place. La composition du CESER Occitanie, comme celle de l'ensemble des assemblées élues ou désignées, doit ressembler à la société, également composée de femmes et d'hommes. Le partage du pouvoir entre les femmes et les hommes et le partage des ressources liées au pouvoir doivent devenir une condition du pacte républicain. Je constate, comme on l’a vu ces derniers temps, que la faible place des femmes dans les lieux de pouvoir porte le risque de comportements inappropriés, voire inadmissibles. »

Geneviève Tapié rappelle l’enjeu : « La loi du 4 août 2014 pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, qui fixe des règles paritaires au sein du CESER, doit être amendée pour étendre ses dispositions à la composition de l'exécutif. Même s'il faut souligner les avancées obtenues par la volonté d'autorités masculines de premier plan, seule l'inscription dans la loi  garantit la parité, comme on l'a vu maintes fois. Depuis la création des Comités économiques et sociaux régionaux en 1972, aucune femme n'a été présidente tant en Occitanie que dans l'ancien Languedoc-Roussillon et l'ancien Midi-Pyrénées. » 

Contact : Geneviève Tapié emc.tapie.genevieve@wanadoo.fr

Communiqué CESER Occitanie 010218.pdf